RMAF, quand l’union fait la force

Presse

RMAF, quand l’union fait la force

L’hiver, ses paysages enneigés, le froid qui pique les joues et qui fait couler le nez. Mais l’hiver, c’est aussi le ski et les remontées mécaniques qui tournent dès que possible dans les Préalpes fribourgeoises. Le canton compte 9 stations de ski, un nombre qui aurait pu descendre à 2 voire 3 si l’association des remontées mécaniques fribourgeoises (RMAF) n’avait pas vu le jour.

Constituée en 1989, l’association RMAF a été créée sur l’initiative des stations elles-mêmes. «Leur but était de se fédérer afin de faire entendre leur voix auprès des élus», raconte Michel Losey, ancien président de l’association. Intrinsèquement cantonale, RMAF travaille à une représentation globale des remontées mécaniques. Là réside tout son intérêt: dans sa capacité à rassembler. «Notre association regroupe toutes les stations fribourgeoises, présentant des tailles, des structures et des activités différentes. Cette union permet d’être plus fort à l’intérieur du canton et de s’organiser pour qu’une diversité soit proposée à la population», détaille l’actuelle présidente et conseillère aux Etats PLR, Johanna Gapany. Avant la création de l’association, chaque station défendait ses intérêts propres auprès des politiques. «Cependant, l’Etat voulait avoir une vision cantonale pour débloquer des crédits», explique Michel Losey. Ainsi, grâce à RMAF, en 2008, un décret du Grand Conseil a permis de débloquer un crédit de 26 millions de francs afin d’investir plus de 55 millions dans les infrastructures touristiques des stations de ski fribourgeoises.

Cette union représente une force, mais un défi aussi. «Il a toujours fallu rappeler aux membres cet aspect cantonal, souligne Michel Losey. Certaines régions davantage représentées au sein de l’association ont essayé de tirer la couverture à elles.» Pour Johanna Gapany comme pour Michel Losey, la gestion de RMAF par l’Union Patronale du Canton de Fribourg (UPCF) permet de conserver un poids équivalent pour chaque région. Ce qui crée un équilibre octroyant à l’association une force vis-à-vis de l’extérieur notamment face à Remontées Mécaniques Suisses, la faîtière.

Un rôle clé dans le cadre de la pandémie

La création de RMAF a aussi permis de nombreux échanges d’expérience entre les directeurs des sociétés de remontées mécaniques. «Chacun a des compétences, un caractère et des idées qui permettent à l’association d’aller de l’avant et de progresser constamment», souligne Johanna Gapany. Un point important notamment dans le contexte actuel de la pandémie de coronavirus, lorsqu’il s’agit par exemple de mettre sur pied des plans de protection. «Les directeurs des stations et leurs collaborateurs ont dû adapter leur plan de protection dans des temps records et sont sur le terrain pour les faire accepter et respecter par les visiteurs», précise la présidente.

A cela s’ajoute, selon elle, le dialogue avec les politiques et particulièrement avec le Conseil d’Etat et Remontées Mécaniques Suisses, afin d’anticiper autant que faire se peut les
mesures et faire valoir les spécificités régionales. Tout un travail de discussions pour l’association qui a pu compter sur la collaboration du conseiller d’Etat en charge de l’Economie, Olivier Curty. Pour la présidente, il a su faire entendre la voix de toutes les stations fribourgeoises dans leur diversité: «Il est important que le canton ait une marge de manœuvre pour éviter des décisions au niveau national qui seraient basées sur les plus grandes stations.» Johanna Gapany estime que cette saison s’annonce très incertaine pour les membres de RMAF. Pour la population, la création de l’association a aussi eu des répercussions positives. «Grâce à RMAF, plusieurs stations réparties sur le territoire cantonal sont actives et permettent aux Fribourgeois de bénéficier de prestations de qualité et proches d’eux», souligne Michel Losey. L’association s’est aussi jointe à des actions comme le Magic Pass et a décidé, depuis près de dix ans, d’offrir l’abonnement annuel à tous les élèves de 4H du canton. «Une action sympa qui a de bons retours», note l’ancien président.

Le tournant des 4 saisons

Pour l’avenir, les remontées mécaniques fribourgeoises devront relever de nombreux défis dont celui de réussir le tournant vers les 4 saisons pour accueillir des visiteurs durant toute l’année. Réchauffement climatique oblige. «Cela nécessitera des investissements importants pour certaines de nos stations», souligne la présidente qui précise que cela implique des adaptations au niveau de certaines infrastructures et de nouveaux aménagements, pour les VTT ou la randonnée par exemple. L’autre enjeu important pour les membres est le financement. «Nous devons faire de bonnes saisons et la crise actuelle est malheureusement un élément qui peut ralentir le développement de certaines stations», termine Johanna Gapany.

RMAF en 3 dates

1989

Année de fondation de l’association


2008

Le décret du Grand Conseil: Il a permis de faire un bond dans les investissements des stations de ski. Les élus ont accordé un crédit de 26 millions pour investir plus de 55 millions de francs dans le renouvellement des infrastructures touristiques des stations fribourgeoises.


2017

La création du Magic Pass: «C’était la réussite du siècle!», s’exclame Michel Losey qui souligne que les Fribourgeois sont des adeptes de ce produit. Le Magic Pass a permis de booster les résultats des stations et d’offrir des prestations estivales.

 

Informations pratiques
  • article
  • 22 février 2021

Recommandations de votations & résultats

Lire la suite +
Evènement

Evènements

Découvrez les prochains événements de l'UPCF et de ces partenaires dans votre région.

Lire la suite +

Services

L’UPCF se profile en tant qu’interlocuteur incontournable pour la défense des intérêts patronaux et des PME dans des domaines tels que : formation professionnelle, soutien juridique, conditions de travail et salariales, fiscalité etc.

Lire la suite +