Le pouvoir secret des couleurs

Actualité

Le pouvoir secret des couleurs

Les couleurs véhiculent des codes qui influencent nos comportements mais aussi notre mémoire et notre bien-être au travail.

Travailler dans un environnement coloré augmente la productivité. A l’inverse, des bureaux aux murs blancs et sans couleur prononcée pour le mobilier sont mauvais pour la concentration. Pire, dans certains cas, les salles de travail blanches peuvent provoquer une fatigue à long terme chez l’employé, préjudiciable à sa performance. C’est du moins ce que révèle une étude en ergonomie du travail et en psychologie de l’environnement.

Des volontaires ont ainsi tapé à la machine durant une heure. Ceux qui se trouvaient dans une pièce aux murs rouges ont enregistré un meilleur score que ceux qui se trouvaient dans une pièce aux murs bleus. Attention cependant. «Si l’on est plus concentré dans une ambiance chromatique rouge, l’on fait plus appel à son intuition et à sa créativité dans une ambiance chromatique bleue», avertissent Ravi Mehta et Juliet Zhu, experts en langage des couleurs.

A l’école: les enfants mémorisent mieux les chiffres en couleur

A l’école maternelle, les enfants retiennent mieux leurs leçons mais aussi les chiffres lorsqu’ils sont en couleur. Quant à la couleur des murs, elle aussi est de nature à influencer l’apprentissage. Ainsi, une étude conduite par Henner Ertel certifie que le blanc, le noir et le brun provoquent une baisse des performances des têtes blondes. En cause: les goûts des enfants, ces derniers aimant rarement ces couleurs, mais aussi le fait que le blanc, le noir et le brun «n’aident les enfants ni à se concentrer, ni à être créatifs, ni à se relaxer, dit Jean-Gabriel Causse, auteur du livre «L’étonnant pouvoir des couleurs». Et je ne crois pas qu’un seul enfant en bas âge sur terre ait jamais demandé à ses parents de peindre sa chambre en blanc.»

S’agissant des couleurs qui favorisent l’apprentissage, l’orange, le vert-jaune et le bleu ciel arrivent en tête, selon les experts. L’orange améliore de plus les comportements sociaux des enfants. «L’idéal serait d’avoir des salles de classe de couleurs différentes et, selon les matières, de choisir telle ou telle salle», conseille Jean-Gabriel Causse. En effet, le bleu stimule la créativité des élèves, il est ainsi conseillé pour les murs d’une salle d’arts plastiques. «La seule couleur à proscrire est le rouge. Au-delà du fait que les enfants seraient agités, ils assimileraient l’école à un lieu oppressant qui les sanctionne.»

Dans le commerce: des couleurs qui poussent à la consommation

S’agissant des commerces, les vitrines qui affichent des couleurs chaudes et très saturées telles que le orange, le rouge et le jaune-vert donnent envie d’entrer dans le magasin. «De l’extérieur, vous seriez même prêt à dépenser 45% de plus dans un environnement rouge versus un environnement bleu, assure Jean-Gabriel Causse. En revanche, à l’intérieur du point de vente, une couleur chaude peut vous donner inconsciemment l’impression qu’on vous force la main. Donc avantage très net aux ambiances chromatiques froides à l’intérieur (produits présentés, couleurs des murs ou du mobilier).» Ce n’est ainsi pas par hasard si des grandes surfaces telles qu’Auchan et Carrefour affichent des extérieurs rouge vif. Une fois à l’intérieur, les consommateurs se retrouvent cependant dans une ambiance chromatique froide.

Qu’en est-il des produits? Leur couleur ou celui de leur emballage conditionne-t-elle l’acte d’achat? Une recherche de l’Institute for Color Research menée en collaboration avec l’Université de Winnipeg a révélé que les consommateurs n’ont besoin que de 90 secondes pour décider de la valeur et de la fiabilité d’un produit et que la couleur compte pour 62 à 90% dans ce résultat.

Ainsi, pour suggérer que son eau minérale est idéale pour les biberons, la marque Evian a par exemple habillé ses bouteilles d’une étiquette rose layette et d’un bouchon bleu layette, des couleurs qui plongent instantanément le consommateur dans l’univers de la petite enfance. Lorsqu’une entreprise recherche la crédibilité, elle mise par ailleurs sur un packaging sombre qui renforce le sérieux du produit, mais aussi sa force et son importance.

A noter toutefois qu’en temps de récession, les couleurs vives se vendent mieux que les couleurs sombres. La marque d’habits Benetton a ainsi connu un énorme succès juste après le choc pétrolier de 1973. «Les gens veulent des couleurs qui les sortent de la crise», assure Jean-Gabriel Causse. C’est aussi la raison pour laquelle l’orange vif est revenu à la mode en 2010 alors qu’il était considéré comme désuet à la fin des années 1990. A cet égard, ce n’est pas par hasard si la couleur orange est devenue partie intégrante de l’identité de la marque de beauté suisse L. Raphael. «C’est une couleur positive et optimiste, qui donne de l’énergie et de la joie de vivre, comme nos produits», dit Ronit Raphael Leitersdorf, fondatrice de la marque.

Pour les fabricants: un impact sur les ventes selon les pays

Lorsqu’elles souhaitent exporter leurs produits à l’étranger, les entreprises doivent prendre en considération les différences culturelles dans le choix des couleurs. La marque Cadbury nous fournit un exemple: le packaging violet de sa traditionnelle barre chocolatée, considéré comme luxueux en Angleterre, a déplu au marché taïwanais qui identifie cette couleur comme typique d’un produit de mauvaise qualité. Cadbury a dû s’adapter à ce marché en modifiant la couleur de son packaging.

Autre exemple, celui de Honda. Le constructeur d’automobiles a connu un échec commercial retentissant en essayant de vendre des scooters noirs en Inde. «Les Indiens trouvaient cette couleur de mauvais augure. Par superstition, ils avaient l’impression qu’elle en faisait des engins de mort», explique Jean-Gabriel Causse. Honda a rectifié le tir en lançant une gamme très colorée pour ces mêmes scooters. Le démarrage des ventes a été immédiat.

Chez les gourmands: la couleur a un goût

Enfin, il est intéressant de noter que les couleurs peuvent aller jusqu’à influencer la perception du goût. Dans les années 1950, 7-Up a ajouté 15% de jaune à son packaging sans modifier son produit. Les consommateurs ont trouvé le goût meilleur, car plus citronné! Plus récemment, des chercheurs ont fait goûter 4 cafés identiques mais présentés devant des boîtes de différentes couleurs. L’écrasante majorité des goûteurs a associé la boîte brune à un café corsé, la jaune à un café doux, la rouge à un café riche et le bleu à un café doux. Aucun testeur ne s’est aperçu qu’il goûtait quatre fois le même café.

… Retour en entreprise: des conseils colorés

Pour percer à jour le secret des couleurs, Natural Color System (NCS) propose des workshops tant aux particuliers qu’aux entreprises (http://www.crb.ch). Quant aux espaces de travail, l’Atelier d’Architecture genevois 3BM3 conseille de longue date les employeurs qui souhaitent améliorer le cadre de travail de leurs salariés. «Notre bureau travaille en collaboration avec la designer américaine Johanna Grawunder, habile metteur en scène de la couleur par la lumière artificielle, dit l’architecte Carmelo Stendardo.

A l’inverse de la lumière naturelle, celle-ci a l’avantage de permettre aux espaces de varier d’atmosphère en fonction de l’humeur du temps ou des ambiances recherchées. Une fois éteints, les luminaires représentent par ailleurs des tableaux et des sculptures en parfaite harmonie avec l’architecture.»

Source : Le Temps online / 27 octobre 2016 / Amanda Castillo

Information
  • article
  • 23 juil 2018

Newsletters

Lire la suite +

Recommandations de votations & résultats

Lire la suite +

A propos

L’Union Patronale du Canton de Fribourg (UPCF) est une entreprise privée au service des entreprises et des groupements professionnels.

Lire la suite +