Places de travail des « peu qualifiés » menacées en Suisse

Actualité

Places de travail des « peu qualifiés » menacées en Suisse

Le chômage relatif des personnes peu qualifiées a augmenté davantage en chez nous que dans tous les autres pays de l'OCDE. Les économistes sont confrontés à un mystère.

Dans aucun autre pays de l'OCDE - l'Association des pays industrialisés - le chômage relatif des personnes peu qualifiées n'a augmenté aussi fortement qu'en Suisse ces dernières décennies. Le chômage relatif est le rapport entre le chômage des personnes peu qualifiées et celui des personnes hautement qualifiées. En 1991, le taux de chômage des personnes peu qualifiées était encore de 1,2 % (1,3 % pour les personnes hautement qualifiées) ; en 2014, il était de 8,8 % (3,2 % pour les personnes hautement qualifiées).

En revanche, les salaires relatifs entre travailleurs peu qualifiés et hautement qualifiés sont restés largement stables au cours de la même période. Telles sont les conclusions d'une nouvelle étude réalisée par les économistes Lukas Mohler, Rolf Weder et Simone Wyss. Le fait que la comparaison internationale se termine en 2014 est dû au manque de données provenant d'autres pays de l'OCDE. Cette année-là, environ 2,7 fois plus de travailleurs peu qualifiés que de travailleurs hautement qualifiés ont été enregistrés comme chômeurs en Suisse.

La Suisse se trouvait donc toujours dans le milieu de terrain de l'OCDE. En Allemagne, le taux de chômage relatif des personnes peu qualifiées était presque cinq fois plus élevé. Selon Rolf Weder, professeur d'économie à Bâle et co-auteur de l'étude, le fait que ce taux ait même quelque peu baissé en Suisse ces derniers temps ne signifie pas grand-chose au vu des fluctuations récurrentes: "Il est peu probable que la tendance des dernières décennies ait sensiblement changé ces derniers temps.

Marché extérieur peu suspect

Mais quelles sont les raisons de cette évolution ? Les auteurs de l'étude ont examiné l'influence de l'ouverture économique sur le commerce extérieur de la Suisse, en particulier la relation avec les importations et les exportations de la Suisse entre 1991 et 2008, mais ils n'en ont trouvé aucune. Toutefois, les auteurs ont prudemment écrit dans leur étude que des données plus détaillées au niveau des entreprises pourraient mener à une conclusion différente. Mais dans l'ensemble, cela reste un mystère, ce qui a conduit à une plus grande augmentation du risque de chômage pour les personnes peu qualifiées en Suisse.

Daniel Lampart, économiste en chef et premier secrétaire de l’Union Syndicale Suisse, reproche à l'étude de se concentrer sur les données générales du commerce pour examiner l'impact de l'ouverture économique : Il est crucial de voir ce qui s'est passé dans les entreprises. Depuis le début des années 1990, beaucoup de choses ont changé. "Beaucoup d'entreprises ont commencé à tout subordonner au profit. Les personnes qui en ont souffert sont les employés - surtout les moins qualifiés. »

Le chômage a augmenté. Pour les personnes ayant des problèmes psychologiques, il n'y avait pratiquement plus de place. « Ils ont été poussés vers l’AI, dit l'économiste syndical. En outre, aucun autre pays n'avait connu une hausse aussi forte du chômage entre 1991 et 2014 que la Suisse.  A cet égard, nous sommes passés de l'exception enviable au cas normal », déclare M. Lampart.

Boris Zürcher, chef de la direction du travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (seco), souligne que la libre circulation des personnes est entrée en vigueur en 2004 et a remplacé l'ancien système de quotas : « L'immigration a considérablement amélioré la qualité des travailleurs en Suisse, mais en même temps il existe toujours une demande de travailleurs peu qualifiés », déclare Zürcher. 

Etrangers en tant que réserve de flexibilité

Le chef de l’office fait également référence au rôle particulier joué en Suisse par les travailleurs étrangers qui occupent des emplois moins qualifiés. « La réserve de flexibilité de la Suisse est toujours constituée d'étrangers, en particulier les moins qualifiés. Ce sont eux qui perdent leur emploi en cas de détérioration de l'économie ou de fluctuations saisonnières et qui sont réembauchés lorsque la situation s'améliore ». A titre d'exemple, il cite le tourisme, où peu de Suisses sont employés. La fluctuation de l'emploi de ces employés se reflète dans des proportions plus élevées du chômage enregistré.

Nicole Hostettler, directrice de l'Office de l'économie et de l’emploi du canton de Bâle-Ville, le souligne également : « Les travailleurs peu qualifiés travaillent souvent dans des conditions de travail beaucoup moins stables ou dans des secteurs à fortes fluctuations saisonnières. De telles fluctuations peuvent être observées à Bâle-Ville, par exemple, dans les secteurs de la gastronomie et de la construction ».

Le risque de se retrouver au chômage est donc plus élevé ici. « Cependant, les chances de retrouver un emploi sont bonnes, également en raison de la saisonnalité », explique M. Hostettler. Un problème pour les personnes peu qualifiées est le changement structurel vers des qualifications plus élevées, car les activités autrefois simples ont été automatisées. Cette évolution n'est cependant pas une particularité suisse.

Absence de flexibilité au niveau des salaires ?

Une autre explication possible de la plus grande exposition des personnes peu qualifiées en Suisse est fournie par Rolf Weder, co-auteur de l'étude : « L'augmentation du chômage chez les personnes peu qualifiées est probablement la conséquence de la faible flexibilité des salaires », dit-il à propos du résultat de l'étude, selon lequel les salaires relatifs des travailleurs peu qualifiés et des travailleurs hautement qualifiés ont peu changé.

Daniel Lampart, de l’Union Syndicale Suisse, précise que cela ne peut pas être dû aux conventions collectives : « Dans l'industrie, il n'y avait pratiquement pas de CCT avec un salaire minimum. Celles-ci ne sont entrées en vigueur qu'après la période d'observation de l'étude. » En outre, comme le soulignent certains experts interrogés, les salaires des personnes concernées ne peuvent plus guère être réduits. En outre, des études économiques montrent que les réductions de salaires sont extrêmement rares dans tous les domaines.

Une autre explication fournie par Rolf Weder est l'immigration, car dans les années 1990, l'immigration de travailleurs peu qualifiés a été encouragée. Mais ce n'est pas certain. L'étude de lui-même et de ses collègues apporte au moins un éclairage nouveau sur le débat sur l'inégalité salariale: « Nous parlons beaucoup de l'écart salarial en Suisse - peut-être devrions-nous nous concentrer davantage sur le chômage relatif, c'est-à-dire l'impact plus important du chômage sur les personnes peu qualifiées », explique Rolf Weder.

Source: Tagesanzeiger / 20 juin 2019 / Rédaction Tamedia
Traduction : Gabriele Wittlin

Information
  • article
  • 27 juin 2019

Newsletters

Lire la suite +

Services

L’UPCF se profile en tant qu’interlocuteur incontournable pour la défense des intérêts patronaux et des PME dans des domaines tels que : formation professionnelle, soutien juridique, conditions de travail et salariales, fiscalité etc.

Lire la suite +
Formation

Formations

Toutes nos formations en un coup d'oeil.

Lire la suite +