COIFFURE CRÉATION MARLÈNE : L’ADN DE LA FORMATION

Actualité

COIFFURE CRÉATION MARLÈNE : L’ADN DE LA FORMATION

Récompensée par le Prix Coup de Coeur lors de la Rentrée des Entreprises 2019, Sabine Gumy, la propriétaire du salon Coiffure Création Marlène, revient sur sa vision de la formation professionnelle.

Le salon Coiffure Création Marlène est une institution à Fribourg. Sabine Gumy y travaille depuis douze ans, et en est l’heureuse propriétaire depuis sept. Devenir coiffeuse est une idée qui lui a traversé la tête vers l’âge de quatorze ans : « J’avais un plaisir fou à me rendre chez ma coiffeuse, et j’ai très vite adoré le côté artistique de ce métier », se souvient Sabine. Une autre facette de la profession qu’elle apprécie tout particulièrement : le contact avec la clientèle. « J’ai toujours aimé parler avec les gens, je suis à l’aise avec tout le monde, je pense que cela correspond bien à ma personnalité. »

Durant tout son parcours professionnel, Sabine a eu la chance de travailler avec des entreprises formatrices. C’est donc tout naturellement qu’elle a choisi de transmettre ses connaissances dès qu’elle en a eu l’opportunité. « Je forme des apprentis depuis plus de dix ans. Nous en avons actuellement cinq, et nous sommes deux formatrices pour les encadrer, Claudine Brugger et moi-même. »

En 2019, le salon Coiffure Création Marlène a reçu le Prix Coup de Cœur décerné par l’UPCF, récompensant ainsi son implication particulière envers son apprenti Ali Al Obaidi. Grâce à sa motivation exceptionnelle et au précieux soutien de ses formatrices, ce jeune migrant de 29 ans, originaire d’Irak, a réussi avec brio son CFC de coiffeur en juin 2019. Pour Sabine, ce prix récompense la réussite d’un beau challenge, et la conforte dans l’idée de poursuivre sur cette voie. « J’espère aussi que ce prix motivera d’autres entreprises à suivre notre exemple, relève Sabine, car former des apprentis est certes un travail de longue haleine, mais tellement gratifiant. »

Le chemin de l’apprentissage est semé d’embuches et demande beaucoup d’investissement de la part des jeunes qui font ce choix. En contrepartie, il leur assure une formation de qualité et les prépare de manière optimale au monde du travail. D’ailleurs, preuve que l’apprentissage est une option largement plébiscitée, Sabine reçoit plus d’une centaine de demandes par année. « Le choix n’est pas toujours évident, mais avec le temps, j’ai mis en place une procédure de sélection efficace, et le stage reste le moyen incontournable pour prendre une décision. Il permet également au jeune de se rendre compte de la réalité du métier rêvé. » En effet, à quinze-seize ans, ce n’est pas toujours évident de savoir quelle profession choisir. « Heureusement, souligne Sabine, de nombreux moyens sont aujourd’hui mis à disposition des jeunes pour leur permettre de s’informer, comme l’excellent START ! Forum des métiers, qui permet de découvrir une vaste palette de professions. Il suffit parfois d’un tout petit rien pour décider un jeune à se lancer, et un formateur motivé et dynamique fait souvent toute la différence. »

Sabine ne regrette en aucun cas d’avoir engagé des apprentis migrants : « Les débuts ont été un peu difficiles, mais la dynamique d’échange qui s’est rapidement mise en place entre les apprentis a été très enrichissante pour tout le monde. Je trouve d’ailleurs que l’on a énormément à apprendre les uns des autres. » L’expérience s’est révélée si positive que Sabine n’a pas hésité à engager à nouveau cette année des apprentis migrants. « Je suis particulièrement sensible à cette cause, et même si certaines clientes se montrent parfois réticentes, je sais par expérience que ce sont les mêmes qui pleureront le départ de ces apprentis. »

Si pour Sabine la formation d’apprentis est incontournable, ne s’improvise pas formateur qui veut, et Sabine de préciser : « Il faut avant tout avoir l’envie de former, de transmettre ses connaissances et oublier le côté économique. Il est indispensable d’avoir du temps à disposition, l’apprenti n’est pas de la main d’œuvre bon marché, il est là pour apprendre. Un formateur doit savoir faire preuve de patience, et surtout garder un œil sur tout. Avoir des clients avertis et tolérants est un atout indéniable. »

En guise de conclusion, Sabine nous confie que former des apprentis est très enrichissant, et tant qu’elle y prendra du plaisir, elle continuera. 

Informations pratiques
  • article
  • 17 février 2020
Evènement

Evènements

Découvrez les prochains événements de l'UPCF et de ces partenaires dans votre région.

Lire la suite +

Conseil d'administration

Lire la suite +
Association

Associations

L’Union Patronale du Canton de Fribourg gère actuellement 60 associations professionnelles, 16 secrétariats de cours interentreprises, diverses commissions d’apprentissage et siège dans 7 commissions paritaires.

Lire la suite +